Nous sommes là pour vous : Un message des producteurs de poulet canadiens concernant la COVID-19
weight obsess

Objectif santé

Les Nord-Américains sont de plus en plus obsédés par leur poids, c’est une évidence. Plusieurs facteurs sont en cause, notamment les médias, les professionnels de la santé et même notre manière d’aborder la question du poids avec nos proches.

Par Kelly Atyeo, B.Sc.A., M.Sc.S., conseillère en économie domestique 

Nombreux sont les professionnels de la santé qui utilisent les mots « surpoids » et « obésité » pour décrire les personnes au-dessus d’une limite pondérale considérée comme saine. Et il y a cet idéal culturel de minceur que beaucoup chérissent. 

Le poids en mots

Les mots employés pour parler du poids d’une personne peuvent avoir une influence directe sur sa perception d’elle-même. Par exemple, lorsqu’une personne est qualifiée d’« obèse » ou de « grosse », de nombreuses connotations y sont associées, notamment la paresse, le manque de motivation ou le manque de volonté1.

L’estime de la personne peut s’en trouver alors fortement ébranlée.  

L’image corporelle

L’image corporelle se définit comme l’« image mentale qu’on a de soi-même »2. Cette image prend forme à l’enfance et colle à la personne pour le reste de sa vie. Elle dépend de bon nombre de facteurs, notamment les parents, la culture et les médias3. Le but ultime, c’est d’avoir une bonne image de son corps pour être bien dans sa peau. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.  

L’image que l’on a de son corps est associée à l’estime de soi ou autrement dit à l’opinion qu’on a de soi-même2. Si vous détestez ce dont vous avez l’air, votre perception de vous-même s’en ressentira et vous aurez des sautes d’humeur. 

Une mauvaise image de son corps peut entraîner des stratégies de perte de poids dangereuses, des troubles alimentaires et des troubles mentaux tels que l’anxiété et la dépression4

La National Eating Disorder Association prodigue quelques conseils pour améliorer votre image corporelle5.

  • Respectez votre corps et prenez conscience des belles choses qu’il vous permet de faire (comme courir, respirer ou danser).
  • Allez au-delà de votre reflet dans le miroir. Définissez-vous par votre personnalité et les choses que vous faites.
  • Faites une liste de choses que vous aimez de votre corps, mais qui ne sont pas liées à votre apparence ou à votre poids. Lisez et relisez cette liste pour voir à quel point vous êtes remarquable !
  • Portez des vêtements confortables dans lesquels vous vous sentez bien !
  • Faites preuve d’esprit critique envers la publicité dans les médias et ne vous imposez pas de ressembler aux mannequins dans les magazines. La plupart des photos de magazines sont en fait rehaussées ou retouchées et montrent des proportions irréalistes du corps humain. 

Objectif santé

Au lieu de penser poids, prenez comme objectif d’être en bonne santé. En d’autres mots, il faut chercher à atteindre ce stade de votre vie où vous êtes mentalement, physiquement et socialement en santé6.

La santé mentale

Pour être bien dans sa tête, il est essentiel d’avoir une bonne image de son corps et une bonne estime de soi et d’entretenir une relation saine avec la nourriture. Ne tombez pas dans le piège des calories à compter, considérez plutôt la nourriture comme la source des nutriments dont a besoin votre organisme pour bien fonctionner. 

La santé physique

Optez pour une vie saine et active en faisant de l’activité physique pour votre plaisir et non pour gérer votre poids. Choisissez des activités que vous aimez faire au lieu d’activités que vous devez faire dans le seul but de bien paraître. Vous pourriez par exemple vous joindre à une équipe de sport récréatif, suivre un cours de Zumba ou aller vous promener toutes les semaines avec un voisin. Vous serez une personne plus heureuse en faisant ce que vous aimez ! 

La santé sociale

Les gens qui vous entourent ont une influence directe sur votre bien-être général. Il est donc extrêmement important de côtoyer les membres de votre famille et les amis qui vous soutiennent et vous acceptent et qui partagent le même optimisme. 

Chacun de nous cherche à être heureux et en santé. Certains jours, on sera loin du but, mais il s’agit tout simplement de faire tout pour avoir plus de bonnes journées que de mauvaises. Tout commence par l’acceptation de soi, de ce qu’on est à l’intérieur et à l’extérieur.

Références :

  1. PUHL, R. et C. Heurer. « The Stigma of Obesity: A Review and Update », Obesity, 1‑24, 2009. [http://www.yaleruddcenter.org/resources/upload/docs/what/bias/WeightBiasStudy.pdf] (29 décembre 2013).
  2. NEDIC. Body Image & Self-Esteem, 2012. [http://www.nedic.ca/knowthefacts/bodyimage.shtml] (29 décembre 2013).
  3. NEDIC. Social, Cultural & Biological Influences, 2012. [http://www.nedic.ca/knowthefacts/scbinfluences.shtml] (29 décembre 2013).
  4. BROWN UNIVERSITY HEALTH EDUCATION. Body Image, 2013. [http://brown.edu/Student_Services/Health_Services/Health_Education/nutrition_&_eating_concerns/body_image.php] (29 décembre 2013).
  5. NATIONAL EATING DISORDER ASSOCIATION. 10 Steps to Positive Body Image, 2013. [http://www.nationaleatingdisorders.org/10-steps-positive-body-image] (29 décembre 2013).
  6. ASSOCIATION CANADIENNE POUR LA SANTÉ MENTALE. Connection between Physical and Mental Health, 2013. [http://ontario.cmha.ca/mental-health/connection-between-mental-and-physical-health/] (29 décembre 2013).

Restez informé

Abonnez-vous dès aujourd'hui à notre bulletin d'information

Alerte!

Fermer
OK

Titre modal!

Fermer

Erreur!

Fermer
OK
Fermer
Annuler OK

Message-guide

Fermer
Annuler OK

Confirmer

Fermer
Annuler OK