from farm to table main

De la ferme à votre table

L’élevage de votre poulet, c’est important. Nous vous donnons tous les détails sur la production du poulet que vous consommez à la maison, en plus de détruire certains mythes.

Le parcours des poulets

Du moment où ils arrivent à la ferme jusqu’à leur expédition au consommateur, la qualité et le bien-être de nos poulets est d’une importance cruciale pour nos producteurs.

Au début

Tous les poulets canadiens commencent leur trajet dans ce qu'on appelle une « ferme d’élevage de reproducteurs ». Ici, chaque poule pond environ 150 à 155 œufs fécondés par an. Ces œufs sont ensuite transférés dans les couvoirs et placés dans des incubateurs qui sont maintenus à 37,5 °C pendant 21 jours jusqu'à ce qu'ils éclosent.

La prochaine étape est de déterminer le sexe de chaque poussin : les producteurs essaient habituellement de garder les poussins de même sexe dans un même poulailler, car les mâles et les femelles se développent à des rythmes différents. Avant que ces poussins ne quittent le couvoir, ils sont vaccinés pour prévenir les maladies. Ils sont ensuite placés dans des camions chauffés et livrés à nos producteurs, dans les six à douze heures qui suivent l'éclosion. Les règles qui dictent la façon dont les poulets doivent être traités et soignés sont appelées le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des poulets, dindons et reproducteurs du couvoir à l'abattage, ou Code de pratiques tout court.

À la ferme

L'élevage de poulets exige un haut niveau de détermination et de connaissances : au cours des sept à huit semaines requises pour élever un troupeau, les producteurs se soucient constamment du bien-être et de la santé de leurs poulets.

À la ferme, les poussins arrivent dans de grands plateaux en plastique, par groupes de 100 environ; ces plateaux sont doucement vidés afin de placer les poulets directement sur le sol du poulailler, sur des copeaux de bois ou de la paille de bois propre et frais. Le Programme d'assurance de la salubrité des aliments à la ferme, le Programme de soins aux animaux, ainsi que le Code de pratiques, dictent les exigences auxquelles les producteurs doivent se soumettre à toutes les étapes du poulailler.

La température de couvaison est maintenue élevée (entre 28 °C et 32 °C) pour rendre le poulailler plus accueillant pour les poussins. En outre, toute leur nourriture et eau est facilement accessible. La chaleur est maintenue élevée pendant environ une semaine, puis le producteur commence à baisser la température de deux ou trois degrés par semaine tandis que les poussins commencent à se développer et à dégager leur propre chaleur.

Le poulailler est complètement nettoyé entre les troupeaux et une litière fraîche est disposée. Les conduites d'alimentation et d'eau sont nettoyées et testées avant que les poussins n’arrivent, et sont contrôlées quotidiennement par la suite. Au fur et à mesure que les poulets grandissent, les conduites d'alimentation et d'eau sont surélevées (à la main avec une manivelle ou avec des poulies) pour que les poulets puissent toujours y avoir un accès facile tandis qu’ils se déplacent librement dans leurs grands poulaillers bien ventilés à température contrôlée.

De quoi se nourrissent les poulets?

Les aliments que les poulets consomment ont des effets directs sur le goût et la valeur nutritive de la viande, il est donc important que tous les poulets soient correctement nourris. Pour cette raison, l’alimentation des poulets est l'aspect le plus important en ce qui concerne l’élevage.

La composition et la quantité de nourriture donnée aux poulets sont très importantes à leur cycle de croissance. En fait, c’est de la science. Les producteurs sont très prudents en ce qui concerne les aliments qu’ils donnent à leurs troupeaux à différents moments de leur cycle de croissance. Les aliments peuvent être très riches ou très faibles en éléments nutritifs, ce qui affecte la croissance des poulets.

De quoi sont faits les aliments de la volaille?

Les aliments de la volaille sont préparés principalement dans des usines d'alimentation spécialisées qui sont assujetties à la Loi relative aux aliments du bétail, ce qui les soumet à des inspections gouvernementales.

Les grains et produits dérivés du grain, les graines protéagineuses et tourteaux de canola ou de soja constituent les ingrédients principaux de tous les aliments de la volaille (plus de 88 %). Donc en fait, tout poulet est « nourri au grain ». Cependant, bien qu’en quantités beaucoup plus faibles (environ 10 %), d'autres sources de protéines telles que la viande et la farine d'os ou les graisses végétales sont ajoutées aux aliments de la volaille pour améliorer sa valeur nutritive, son goût et sa texture. En plus, des quantités très infimes (1,5 %) de suppléments minéraux et vitaminiques sont couramment ajoutées aux aliments de la volaille pour éviter les carences en éléments nutritifs.

Les aliments de la volaille peuvent aussi avoir des niveaux de concentrations infimes (moins de 1 %) d'additifs tels que les enzymes et les antibiotiques pour prévenir les maladies et les problèmes digestifs. Tous ces additifs sont soumis à des règles strictes et sont utilisés conjointement avec de bonnes pratiques de gestion, de vaccination et d'hygiène. Quant au mythe de l'utilisation des hormones et des stéroïdes dans l'industrie de la volaille, cette pratique a été interdite au Canada depuis les années 1960.

Mise des poulets sur le marché

Après avoir passé six à huit semaines dans les poulaillers, en fonction de la taille de la volaille requise par le client, les poulets sont transportés vers les usines de transformation dans des camions conçus pour le transport des volailles. Les ramasseurs de poulets, qui travaillent en équipe parfois directement pour le producteur ou sont embauchés par le transformateur, ramassent les poulets du poulailler et les placer dans des caisses pour le transport. Les codes de pratiques mentionnées ci-dessus dictent les règles et les méthodes à utiliser pour la capture et la mise en caisse des poulets.

À l'usine de transformation, les poulets sont contrôlés à leur arrivée par un inspecteur qui s’assure qu’ils sont en bonne santé, salubres et prêts à être vendus au consommateur. Il vérifie chaque troupeau grâce à la fiche de troupeau envoyée par le producteur pour être certain que tout va bien. Il y a aussi des tests aléatoires qui permettent de déterminer que les médicaments, le cas échéant, ont été administrés correctement et que les délais d'attente ont été respectés. Avant d'être mise sur le marché, la viande de poulet est soumise à un contrôle de qualité qui permet de certifier l’absence de maladies et de résidus antibactériens.

Il y a beaucoup de personnes qui œuvrent au parcours du poulet, et elles ont chacune des directives strictes à suivre afin de s’assurer que tous les membres de l'industrie veillent à la salubrité des aliments et aux bonnes pratiques de soin et de manipulation des poulets. Nos producteurs sont fiers de jouer un rôle si important dans la production de poulets sains et salubres pour les Canadiens.

Restez informé

Abonnez-vous dès aujourd'hui à notre bulletin d'information